Couteau Higonokami : le couteau de poche japonais

01.

Higonokami – le couteau de poche japonais

Le couteau Higonokami est un couteau de poche japonais traditionnel

Ne vous fiez pas à la simplicité du Higonokami, ce couteau de poche japonais, qui, en apparence, ne semble pas bien solide. Pourtant, c’est un incontournable parmi les amateurs, et pour cause, c’est le couteau de poche emblématique du Japon. 

En effet, il possède un manche, souvent gravé avec des inscriptions japonaises et est équipé d’une lame San Maï, ce qui signifie qu’il a été fabriqué avec 3 couches d’acier. Son nom signifie « Seigneur de Higo », puisque c’est de là qu’il nous vient

02.

Le couteau Higonokami : son histoire

C’est en 1896 que ce couteau voit le jour à Miki, dans la préfecture de Hyōgo.

À l’origine, ses créateurs cherchaient un substitut commercial aux sabres des samouraïs, dont la vente déclinait doucement à cause de nouvelles réformes mises en place dans le pays.  Pendant la révolution industrielle, c’est un couteau de poche japonais qui est très populaire et qui devient même un véritable emblème japonais. 

Parmi les couteaux de poche japonais que l'on peut trouver, le Higonokami est l'un des rares à pouvoir se plier

Ainsi, il est utilisé par les Japonais quotidiennement, surtout par les écoliers, jusque dans les années 1960. Ils s’en servaient alors pour tailler leurs crayons ou pour divers travaux artisanaux. Malheureusement, suite à une sordide histoire de meurtre au katana, la vente des couteaux de poche japonais devient interdite aux mineurs. 

Le nom « Higonokami » désigne maintenant tous les couteaux pliants de ce type, qui sont fabriqués par une cinquantaine d’artisans, et dont la qualité varie, selon les mains qui l’auront conçue. Il existe d’autre type de couteau de poche japonais avec un fonctionnement différent.

Beaucoup moins célèbre avec les années, ce couteau était bien parti pour disparaître, n’ayant pas charmé la jeune génération. Mais c’était sans compter l’insistance et la ténacité des amateurs qui ont permis à cet ustensile de survivre. Aujourd’hui, il continue donc d’être fabriqué. 

03.

Une fabrication artisanale San Maï

Pour forger un couteau pliant japonais Higonokami, la technique du San Maï est utilisée.

Malgré son apparente simplicité, la lame du Higonokami est tout de même forgée de la manière « San Maï » . 

Cela signifie qu’elle est composée de 3 couches d’acier : la plus dure se trouve au centre, et permet de trancher comme un rasoir, entourée de 2 couches plus tendres qui empêchent la lame de se casser. Elle est dotée de courbes rectangulaires, légèrement arrondies, rappelant les épées japonaises et qui la rendent extrêmement tranchante.

Sa poignée pliée est fabriquée en acier inoxydable, avec une courroie de pêche très discrète. En ce qui concerne le manche, il est souvent en laiton et il est fréquent d’y voir graver la signature de son artisan.

Enfin, le couteau de poche japonais Higonokami : 

  • est très léger, entre 35 et 45 g ;
  • mesure dans les 16 cm ;
  • possède une longueur de lame d’environ 7 à 8 cm.

Le but de ce couteau étant de pouvoir se plier pour tenir dans la poche, et le pari est tenu ! 

04.

Les caractéristiques du couteau de poche japonais Higonokami 

Ce couteau possède de nombreuses caractéristiques, qui lui confèrent son statut emblématique parmi les couteau de poche japonais.

Comme il est destiné à tout usage, les artisans ont simplifié son utilisation pour les acheteurs. N’étant pas trop grand, il est facile à manipuler et répond à différents besoins. Ainsi, vous pouvez l’utiliser pour découper de la viande ou des légumes, ou encore l’emporter avec vous pour des usages occasionnels comme :

  • ouvrir des enveloppes ;
  • tailler du bois ;
  • couper une corde ;
  • etc.

Son bout pointu lui confère une grande précision de coupe, ce qui le rend très agréable en main, chaque fois que vous vous en servez. 

Bien sûr, sa lame est extrêmement tranchante, grâce à ses 3 couches d’acier qui lui permet également d’être particulièrement résistante. Si vous êtes cuisinier, vous pourrez couper absolument tous les types d’aliment sans la moindre difficulté. L’apport en carbone contenu dans sa lame la rend dure, sans pour autant diminuer sa finesse. 

05.

L’entretien de ce couteau de poche japonais

Pour entretenir correctement un couteau Higonokami et profitez plus longtemps de sa lame tranchante, il vous faut le nettoyer soigneusement après chaque utilisation. 

Pour conserver son tranchant exceptionnel, n’hésitez pas à l’aiguiser avant de vous en servir. Cela permet aussi d’éviter tout risque d’accident. Car, quand un couteau coupe mal, on a tendance à insister, et c’est là que le dérapage arrive ! 

06.

Couteau Higonokami : notre test

couteau de cuisine japonais 12

Nous avons testé pour vous le couteau Higonokami, qui était utilisé à l’époque par beaucoup d’écoliers pour tailler les morceaux de bambou, qui leur servaient à écrire.  Bien qu’il se veut multifonctionnel, puisqu’il tient facilement dans la poche, il a une apparence rustique et très simpliste, qui peut faire douter sur ses capacités.

Cependant, comme dit l’adage, « les apparences sont trompeuses », et nous sommes surpris par son efficacité. Rien ne semble résister à sa lame, extrêmement tranchante. En effet, il est possible de couper de tout, comme :

  • la viande ;
  • les légumes ;
  • une corde ;
  • un bandage.

Il vous sera même possible de tailler du bois, couper un saucisson ou encore dépecer vos poissons, après une bonne partie de pêche.

Bien sûr, cela reste un couteau pliant, il ne vous sera pas possible de taper directement dans le bois par exemple, la poignée pliée n’y résistera pas ! Néanmoins, c’est un couteau de poche japonais très pratique qui n’occasionne aucune gêne lorsqu’il reste dans la poche. 

7

Couteau Higonokami : bilan du test

Couteau pliant de poche multifonctionnel, autrefois utilisé pour tailler les bambous des écoliers pour écrire ;
possède une lame San Maï, constituée de 3 couches d’acier, qui la rend extrêmement tranchante et résistante ;
forgée dans la tradition japonaise ;
– confortable, ce couteau offre une belle prise en main ;
– se lave à la main après chaque usage. 
On a aimé :
  • Sa taille, très pratique pour tenir dans la poche ;
  • son efficacité malgré son côté rustique ;
  • le tranchant de la lame, qui permet un usage en cuisine ou pour des tâches quotidiennes ;
  • la qualité des matériaux utilisés.
On a moins aimé :
  • Son apparence assez simpliste ;
  • l’entretien qu’il faut pour conserver sa résistance et son tranchant ;
avis-couteau-japonais.fr
Logo