Couteau Santoku – Le plus polyvalent

Santoku : le couteau aux 3 vertus

Au Japon, la culture de la nourriture carnée s’est introduite tardivement dans la culture. Après l’introduction de la nourriture occidentale, les Japonais ont eu l’idée de créer le couteau Santoku. On peut donc l’utiliser pour un très large panel de nourritures tels que la viande, les céréales, le poisson, les fruits et les légumes.

Que veut dire « Santoku » ?

Le nom Santoku, qui signifie « trois bonnes choses« , le résume assez bien.

Comme dit, on peut l’utiliser dans 3 principales tâches de cuisine tel que le découpage, le tranchage et le hachage. Le Santoku possède une lame polyvalente que l’on peut tout à fait appliquer dans le travail d’une pièce de viande, le hachage de légumes en petits morceaux et le nettoyage d’un poisson. Son aspect fait qu’on peut le confondre avec un mix entre un Nakiri et un Gyuto.

Un format spécifique

La géométrie de la lame du Santoku intègre la pointe du pied du mouton. La forme du pied du mouton tire essentiellement le dos de la lame (la sangle dorsale) vers l’avant. De plus, la pointe de la lame a une petite surface à toucher et se concentre sur un seul point, ce qui la rend facile à découper en aliments et est recommandée pour la préparation de la viande et du poisson.

Couteau Tojiro Santoku
Couteau Tojiro Santoku avec manche en bois

Dans les traditions japonaises, sa lame a un profil très fin. Même si récemment des fabriques le conçoivent d’un profil plus courbe pour subvenir à toute sorte d’utilisations. 

Utilisez son poids pour vous faciliter la tâche !

En ce qui concerne le poids du couteau Santoku, il peut être plus ou moins important selon les modèles. Plus il est lourd, plus vous pourrez l’utiliser de sorte que vous pouvez couper la nourriture facilement tout en étant stable. Cependant, si la lame est lourde, votre bras va se fatiguer et vous risqueriez de vous blesser par inadvertance.

Sa taille pratique et sa polyvalence font de lui le couteau le plus utilisé dans les foyers japonais. À tel point que l’on peut parfois l’entendre se faire appeler « bunka-bochou« , qui signifie littéralement « couteau de culture« .

Autre variante de ce couteau de cuisine

Certains modèles sont recouverts avec un mélange de Titane. Cela permet l’application de tous les avantages du titane. Grâce à sa légèreté et sa solidité, il est impossible pour lui de rouiller comme le fer. On peut même plonger du titane dans l’eau salée (qui fait rouiller beaucoup plus vite les alliages de métaux) sans que cela n’altère son aspect et le corrode. Cela en fait un grand avantage pour l’avoir dans votre cuisine où vos ustensiles pour cuisiner sont très souvent au contact de l’eau.

Cette capacité du Titane à être insensible à la corrosion fait qu’on l’utilise pour la conception des sous-marins et des bateaux.

Si vous souhaitez investir dans un solide couteau Santoku recouvert de titane, votre lame aura la solidité équivalente à un sous-marin soviétique de guerre !

En plus de ne pas rouiller, ils sont faciles à nettoyer. Comme les couteaux en céramique que l’on peut retrouver chez la marque Kyocera. Ces modèles sont rendues également très léger, donc facile à manipuler pour couper, hacher et fileter.

L'aspect noir est donné par le titane. C'est un métal très intéressant utilisé pour la conception de navires et de sous-marins.

Dernier fait très intéressant, le titane possède un effet photocatalytique. Derrière ce nom barbare se cache une propriété autonettoyante qui va être très pratique pour une utilisation en cuisine où l’hygiène est impératif. En effet, lorsque le titane est exposé à des rayons UV, comme ceux que le soleil émane, il va dégrader par une réaction électrochimique tout composé organique. Ce qui fait que vos couteaux se stérilisent tout seul !!

Couteau Santoku : Notre Test

Le modèle testé est un couteau Santoku de la marque Global, le modèle G-46 18 cm.

Ce couteau Santoku Global G-46 18 cm nous a beaucoup satisfait de par son efficacité.

La marque Global nous propose un modèle de couteau Santoku au design très réussi. Le tranchant est au rendez-vous.

En d’autres mots, notre testeur s’est malheureusement coupé lors du test !

Cependant, le point le plus remarquable de ce produit réside dans son équilibre. Placez vos doigts à la limite manche/dos de la lame et vous n’aurez aucune peine à le manier tel une bascule. Le manche en métal a du caoutchouc intégré à sa poignée. Ce qui crée une sensation au maniement superbe et le poids a été très adéquat pour le testeur qui l’a manié.

Le couteau n’a ni bois ni plastique intégré dans son manche. Aucun rivet ne dérange la prise en main. Nous l’avons passé au lave-vaisselle malgré les recommandations, et nous n’avons observé aucun changement sur le métal ou à la coupe.

Les créateurs ont très bien réussi la finition et ne laissent rien au hasard. Ils ont forgé ce couteau dans son entièreté dans une seule pièce de métal, qui permet d’être sûr de ne jamais avoir de pièces cassées, à moins que vous ayez une force herculéenne vous permettant de plier de l’acier !

Pour conclure, ce couteau est de très bonne qualité. Malgré un prix quelque peu onéreux, mais qui en vaut clairement la qualité (un peu moins de 100€), notre testeur a décidé d’investir dans un kit global en commençant par ce modèle de 18cm.

Ce qui montre que le couteau Santoku de Global sait charmer son public !

Couteau Santoku Global G-46 18cm : Bilan du test

Les caractéristiques de ce produit : 

  • Lame en acier inoxydable contenant du molybdène et du vanadium.
  • Les couteaux mondiaux restent fans plus longtemps.
  • Poignées antidérapantes.
  • Résistant à la rouille et à la corrosion.
On a aimé
  • Le couteau est équilibré
  • La poignée ne se détériore pas
  • La prise est agréable au toucher
  • permet de travailler une large gamme de produit grâce à sa polyvalence
  • Produit travaillé
On a moins aimé
  • Le tranchant doit être entretenu régulièrement
  • Le dos de la lame peut s’avérer inconfortable pour les travaux lourds
  • prix un peu élevé
avis-couteau-japonais.fr
Logo